Vivre FM TV

Accueil > Toutes les vidéos > Média

Mercredi 27 Juin 2012

Vestiaires, la série qui se mouille !

Deux nageurs handisports discutent dans les vestiaires de la piscine. L'absurdité, l'humour sont les marques de fabrique de ce programme court. L'idée est venue de deux copains en situation de handicap. Fabrice Chenut et Adda Abdelli pratiquent la natation dans leur club de Marseille. Ils avaient envie de partager l'humour corrosif qui règne dans les clubs handisport. Ils ont écrit le texte des 25 épisodes de Vestiaires. L'objectif de la série est de mettre en avant le décalage dans les conversations qu'elles soient dues au handicap ou pas. Les formules chocs de la série deviennent rapidement cultes "il est pas mort, il cligne des yeux !" "Si t'oublies toujours tout, comment ça se fait que tu te souviennes de ton attaque cérébrale?"".

 Les nageurs handicapés sous la douches de la série "vestiaires"

Les deux personnages de Vestiaires pourrait bien devenir de vraies stars: Orson Bichon (Alexandre Philip) a la trentaine, il a des yeux bleus. Plutôt beau gosse, il est atteint d'une agénésie de la main gauche ("c'est quoi ce bras de pingouin?") et sera vite surnommé Abraracourcix par l'équipe. Né avec cette malformation, son père lui tapait dessus en lui répétant qu'il n'était pas handicapé. Il vit seul, ne travaille pas et ses seules attaches sont au club. Pourtant, le charme naïf de Caro pourrait bien le tirer de sa retraite sentimentale. Romy (Adda Abdelli) s'appelle en fait Rachid Benbbouzik. Il est né en Algérie et a l'incroyable privilège d'être le dernier poliomyélite de sa génération. Il a été accueilli en France par une famille catholique très pratiquant, qui l'a baptisé Romuald parce que Saint Rachid n'existait pas !

Lire aussi Vestiaire en route pour la saison 2.

Commentaires

Podcasts

Logo de l'émission Les spécialistes - Associations solidaires

Logo de l'émission À l'asso !

Logo de l'émission Rencontres en établissement - L'envers du MédiaLab

Logo de l'émission Rencontres en établissement - L'envers du MédiaLab