Pictogramme sports paralympiquesLES  DISCIPLINES PARALYMPIQUES

 


Découvrez toutes les disciplines représentées aux Jeux Paralympiques de Londres : les règles, le matériel, les catégories de handicap.

 

Athéltisme PhotoATHLÉTISME

Photo AvironAVIRON

Photo bocciaBOCCIA

photo basket fauteuilBASKET FAUTEUIL

Photo CécifootCÉCIFOOT (FOOT A 5)

Photo CyclismeCYCLISME (ROUTE ET PISTE)

Photo équitationÉQUITATION

Photo escrimeESCRIME

Photo foot à 7FOOT A 7

Photo GoalballGOALBALL

Photo HaltérophilieHALTÉROPHILIE

Photo JudoJUDO

Photo Natation NATATION

Rugby FauteuilRUGBY FAUTEUIL

Photo Tennis fauteuilTENNIS FAUTEUIL

Photo Tennis de tableTENNIS DE TABLE

Photo Tir à l'arcTIR A L'ARC

Photo Tir sportifTIR SPORTIF

Photo VoileVOILE

Photo Volley assisVOLLEY ASSIS

EN SAVOIR PLUS : LES CATÉGORIES DE HANDICAP


Les athlètes participant aux Jeux Paralympiques appartiennent aux catégories suivantes:


1. Athlètes handicapés physiques
‐ Amputés
‐ Athlètes avec lésion de la moelle épinière
‐ Athlètes avec paralysie cérébrale (IMC : Infirmes Moteur Cérébraux)
‐ Autres catégories : athlètes atteints d’affections provoquant des problèmes locomoteurs et non couverts par les catégories mentionnées ci‐dessus (ex. : polio, sclérose, dystrophie musculaire)

2. Athlètes malvoyants et non-voyants


3. Athlètes ayant un handicap mental ou psychique
Altération significative du fonctionnement intellectuel, indiquée par un QI inférieur à 75 reconnu avant les 18 ans du sportif. Plus d’infos : www.inas‐fid.org

Remarque : les athlètes sourds ou malentendants ne participent pas aux Jeux Paralympiques. Bien
qu’intégrés à la FF Handisport en France, ils sont placés sous l’égide de l’ICSD, le Comité International
des Sports pour Sourds qui organise les Deaflympics.

EN SAVOIR PLUS : LES CLASSIFICATIONS

 

Pour concourir sur un pied d’égalité, les athlètes sont classés en diverses catégories et classes. La classification est effectuée par un personnel médical et technique spécialisé chargé d’évaluer l’impact de l’infirmité sur le sport. Un système de classification est appliqué à chaque sport, en fonction des spécificités de celui‐ci et aux conséquences du handicap sur la performance de l’athlète. Cette manière de procéder tend à garantir que les athlètes concourant dans une même catégorie ont des aptitudes fonctionnelles identiques ou similaires. De ce fait, le facteur déterminant du succès est l’habileté et l’entraînement plutôt que le degré d’infirmité.


Une procédure analogue est appliquée tout aussi bien aux athlètes valides, par exemple l’utilisation des catégories de poids en boxe. Un boxeur poids moyen n’est jamais opposé sur le ring à un boxeur poids lourd. Actuellement, la classification s’apparente à une classification fonctionnelle par sport plus que par handicap.


La classification fonctionnelle implique que tous les athlètes de la même catégorie ont un niveau d’aptitude fonctionnelle similaire en matière de mouvement, coordination et équilibre. Selon ce système, des athlètes présentant des handicaps différents peuvent concourir ensemble s’ils présentent un degré égal d’aptitude fonctionnelle.


Les catégories sont désignées par une lettre, généralement l’initiale du sport, et un nombre (ex. : S5 pour «swimming» en natation ou T44 pour «track» en athlétisme). Les chiffres inférieurs représentent en général un handicap plus important.

Podcasts

Logo de l'émission À l'asso !

Logo de l'émission Rencontres en établissement - L'envers du MédiaLab

Logo de l'émission Rencontres en établissement - L'envers du MédiaLab

Logo de l'émission Rencontres en établissement - Mon petit bonheur du jour