PubliƩ le : Jeudi 28 Juin 2018 - 14h47

Emploi

La fonction publique se rapproche lentement des 6 % des personnes handicapées


Présentation des chiffres enregistrés par le FIPHFP en 2017, le 28 janvier à Paris

Le FIPHFP est l’organisme chargé de l’insertion des personnes handicapées dans le secteur public publie les chiffres de son activité pour l’année 2017. La situation s’améliore mais elle provoque une baisse du financement du fonds, qui est financièrement affaibli.

5,49 % c’est le taux d’emploi des personnes handicapées dans la fonction publique en 2017. Pour la troisième année consécutive, ce chiffre est en légère augmentation, il était que de 3,63 % en 2006 et avait atteint 5,22 % en 2016. Le FIPHFP, le fonds chargé de l’insertion des travailleurs handicapé dans le secteur public publie ses chiffres le 28 juin. Plusieurs régions avaient dé)à atteints le taux de 6 % fixé par la loi : la Nouvelle-Aquitaine, Provence-Alpes-Côte d’Asur, l’Occitanie et les Hauts-de-France. Désormais la Loire Atlantique et le Grand-Est rejoignent le groupe. Aucun département d’outre-mer n’atteint les 6 % et la Gouadeloupe est très en retard, avec seulement 2,94 %. Ce territoire connaît une situation difficile sur le front de l’emploi et il reste encore un travail à faire sur l’image des personnes handicapées.

La Corse en avance sur le continent

La Corse fait office de bon élève en matière d’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique, ils représentent en effet 8,25 % des fonctionnaires de cette région. Parmi les initiatives mises en œuvre sur l’île, on peut citer celle de la mairie d’Ajaccio consiste à créer des passerelles entre l’emploi protégé et la fonction publique. La ville s’est ouverte aux travailleurs en activité dans les ESAT pour l’entretien des espaces verts et de la voirie. Des stages de sensibilisation sont également proposés à ces travailleurs pour qu’ils puissent découvrir d’autres métiers que le leur.

Sur les trois fonctions publiques, les collectivités territoriales ont dépassé l’obligation des 6 %. Les hôpitaux sont à 5,55 % et l’Etat est à 4,52 %. Ce dernier chiffre est essentiellement lié à l’éducation nationale. Ce ministère est dispensé n’est pas soumis à l’obligation d’emploi et il ne verse pas de contribution au FIPHFP.

Le FIPHFP financièrement affaibli

Sans surprise, le fonds reste en déficit budgétaire, une situation qui dure depuis 2013. Les embauches de travailleurs handicapés ont contribué à faire baisser les contributions publiques, alors que le maintien dans l’emploi, c'est-à-dire l’aménagement des postes, représente une charge importante pour le FIPHFP. Cet « effet ciseau » se traduit par des dépenses de 129 millions d’euros, pour des recettes de 121 millions. Le déficit est de 8 millions, contre 25 millions en 2016. Le fonds est obligé de puiser dans ses réserves, des fonds propres qui s’épuisent et doit revoir à la baisse le montant de ses interventions. Les dirigeants du fonds attendent avec impatience la réforme des dispositifs d’insertion promise par le gouvernement. Parmi les pistes connues, on sait que l’éducation nationale pourrait perdre sa dispense de contribution en 2021. Autre possbilité, celle de moduler le taux d’emploi demandé aux entreprises du public et du privé. « Aujourd’hui, on a un train qui arrive, mais on ne connaît pas le nombre de wagons », répond prudemment Dominique Perriot, président du FIPHFP.

Rezki Mammar